20 juillet 2006


A l’intérieur de l’écrin, sur un lit de ouate thermogène,
on a recueilli précieusement la dernière feuille du dernier arbre.
Relique, reposoir.
Est-ce la chaleur résiduelle du végétal qui fait fondre la neige ?
Est-ce le sang de la nature violée qui imprègne le coton ?

Links to this post:

Créer un lien

<< Home